Cérémonie des Oscars – 2018 [2/2]

Jimmy Kimmel fait gagner un jet-ski, Meryl Streep se déguise en Marraine la Fée de Shrek, Frances McDormand monte sur scène à moitié défoncée, BB-8 est Juif et Guillermo del Toro vérifie dans l’enveloppe qu’il ne s’est pas fait La La Land-er.

Non Billy, ce n’est pas le synopsis d’une nouvelle sitcom déjantée basée sur le monde merveilleux d’Hollywood, mais bien la 90ème Cérémonie des Oscars ! Quelle soirée, mes aïeux, quelle soirée…

Donc, après l’article de la semaine dernière dévoilant mes pronostics sur la Cérémonie, revenons un peu plus en détail sur les grands gagnants de cette soirée anniversaire. Avais-je raison ? Avais-je tort ? Est-ce que ça intéresse qui que ce soit ? Découvrons cela ensemble, Billy !

landscape-1520213103-helen-mirren-jet-ski[1]
Dame Helen Mirren, messieurs-dames. Oscar de la Meilleure Actrice 2007 pour le rôle de la reine Elizabeth II. Oui oui.
C’est parti mon Billy ! Dans un décor digne de La Reine des Neiges, Jimmy Kimmel monte sur scène et ouvre la démentielle 90ème Cérémonie des Oscars avec un discours hilarant, à l’antithèse de ce que Manu Payet a passé son temps à lire sur son prompteur aux 43èmes Césars, qui, entre deux blagues et des mentions honorables à quelques acteurs et cinéastes de la salle, n’oublie pas de tacler Harvey Weinstein, le gars qui a mélangé les enveloppes l’an dernier, Mike Pence et bien évidemment ce cher Donald Trump. Il termine en annonçant que, puisque la cérémonie est très, très longue (un peu comme mon dernier article), le lauréat qui fera le discours le plus court repartira avec un jet-ski (Helen Mirren non-incluse). Et ce n’était pas une blague !

Note : Les vainqueurs sont indiqués en gras et mes pronostics avec un *

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE

  • Willem Dafoe, pour le rôle de Bobby Hicks dans The Florida Project
  • Richard Jenkins, pour le rôle de Giles dans La Forme de l’Eau
  • Christopher Plummer, pour le rôle de J. Paul Getty dans Tout l’Argent du Monde
  • Woody Harrelson, pour le rôle de Bill Willoughby dans Three Billboards : les panneaux de la vengeance
  • Sam Rockwell, pour le rôle de Jason Dixon dans Three Billboards : les panneaux de la vengeance *

Bien décidé à gagner ce jet-ski, Sam Rockwell est donc le premier lauréat à monter sur scène pour le prix du Meilleur Acteur dans un Second Rôle, et il se lance dans un discours simple mais efficace qui remercie ses parents, toute l’équipe de Three Billboards et tous les gens qui ont déjà regardé un panneau d’affichage (Billboard en anglais) dans leur vie. Je n’ai rien à rajouter, c’était prévisible, c’était mérité, et je suis bien content que Rockwell reparte avec cet Oscar ! On relèvera quand même l’anecdote comme quoi à 8 ans, son père est venu le chercher à l’école dans le bureau du proviseur en lui disant : « C’est Grand-Mère… », ce à quoi le jeune Sam a réagi dans la voiture ainsi : « Qu’est ce qui est arrivé à Grand-Mère ? » « Oh rien, on va juste au cinéma. » Hum. Je devrais utiliser la même excuse pour sécher les cours plus souvent.

636557948645981953-XXX-ENTERTAINMENT-90TH-ACADEMY-AWARDS-20180304-USA-98160137[1]
Merci à tous les panneaux d’affichages du monde sans lesquels ce film n’aurait pas été possible !

MEILLEURS MAQUILLAGES ET COIFFURES

  • Confident Royal
  • Wonder
  • Les Heures Sombres *

Les prothèses de Gary Oldman constituent la troisième nomination de Kazuhiro Tsuji à l’Oscar des Meilleurs Maquillages et Coiffures et sa première victoire ! Je l’avais bien dit, on ne peut pas rivaliser avec ça. N’oublions pas non plus David Malinowski et Lucy Sibbick, pour cette incroyable résurrection de Winston Churchill.

n-tsuji-a-20180306-870x566[1]
Trois pour le prix d’un !

MEILLEURS COSTUMES

  • Confident Royal
  • Les Heures Sombres
  • La Forme de l’Eau
  • La Belle et la Bête
  • Phantom Thread *

C’est Eva Marie Saint qui, à 93 ans, est plus vieille que les Oscars (hé oui Billy !), qui remet l’Oscar des Meilleurs Costumes à l’excellentissime Mark Bridges pour Phantom Thread. Comment aurait-il pu en être autrement ? Si le film ne repart qu’avec un seul Oscar malgré ses 6 nominations, c’est bien celui-ci qui semble avoir été créé pour le film. Et c’est d’ailleurs dès ce troisième discours que le jetski sera remporté, puisque Bridges ne parlera que pendant 30 secondes, ce qui restera le discours le plus court de la soirée !

jetski-2-about-ign-2018-on-ign_cv-sourceflv[1].gif
Hé, je croyais que Helen Mirren était non-incluse !

MEILLEUR MONTAGE SONORE et MEILLEUR SON

  • La Forme de l’Eau
  • Star Wars : Les Derniers Jedi
  • Baby Driver
  • Blade Runner 2049
  • Dunkerque *

Que veux-tu que je te dise Billy ? J’avais raison ! 5/5 jusqu’ici ! Appelle-moi Madame Irma. L’ambiance violente, brute et asphyxiante de Dunkerque doit énormément à son montage sonore et ses bruitages. On retiendra qu’Alex Gibson avait décidément très envie de faire pipi pendant le discours de Richard King, et aussi que c’est le 3ème Oscar que ce dernier remporte pour un film de Christopher Nolan (après The Dark Knight et Inception). Coïncidence ? Je ne pense pas.

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE

  • Mary J. Bilge, pour le rôle de Florence Jackson dans Mudbound
  • Laurie Metcalf, pour le rôle de Marion McPherson dans Lady Bird
  • Lesley Manville, pour le rôle de Cyril Woodcock dans Phantom Thread
  • Octavia Spencer, pour le rôle de Zelda Fuller dans La Forme de l’Eau
  • Allison Janney, pour le rôle de LaVona Golden dans Moi, Tonya

« J’ai tout fait toute seule. » Quelle meilleure façon d’ouvrir un discours de remerciements aux Oscars ? Bien sûr, ce n’est pas parce qu’Allison Janney est une ignoble ingrate qu’elle déclare ceci, mais en référence à son personnage de LaVona Golden dans Moi, Tonya qui est la pire mère qu’on puisse avoir, de notoriété publique. Janney est en réalité bien altruiste et dédiera même cet Oscar à son frère Hal qui s’est suicidé en 2004. Ouh la, j’ai bien plombé l’ambiance. En plus je ne peux même pas parler de sa performance, je n’ai pas vu le film. Hem. Oscar suivant !

giphy[1]
Et l’Oscar de l’Ingratitude est attribué à…

MEILLEUR FILM D’ANIMATION

  • Baby Boss
  • Ferdinand
  • Parvana, une enfance en Afghanistan
  • La Passion Van Gogh
  • Coco *

Encore un Oscar gagné d’avance, personne ne peut se mesurer à Pixar. Mais le discours de ce film sur un jeune musicien né dans une famille qui a banni la musique est l’occasion pour l’équipe du film de prôner un message de tolérance, avec Darla K. Anderson qui dédie l’Oscar à sa femme, Adrian Molina qui le dédie à son mari et finalement Lee Unkrich qui ajoute la touche finale en déclarant que toute personne marginalisée a une place dans ce monde, et que le cinéma peut lui permettre de la trouver. Je dis bravo.

slow_clap_citizen_kane[1]
Quoi ? Il y avait plus de gif de cet Oscar.

MEILLEURS DÉCORS ET DIRECTION ARTISTIQUE

  • La Belle et la Bête
  • Dunkerque
  • Les Heures Sombres
  • Blade Runner 2049 *
  • La Forme de l’Eau

Ah ! Ma première erreur de pronostic de la cérémonie ! C’est pas trop tôt, n’est ce pas Billy ? Alors certes, j’avais parié sur Blade Runner 2049, qui, comme tu le sais Billy, est mon film préféré de 2017. Nonobstant, La Forme de l’Eau n’était vraiment pas loin derrière, et je l’ai déjà rapidement évoqué dans mon long monologue sur le Meilleur Film dans l’article précédent, mais ses décors sont tout aussi grandioses et je comprends parfaitement pourquoi l’Oscar lui a été attribué. Il y a un tel travail, dans l’aménagement de style capharnaüm des appartements d’Elisa et Giles, dans l’aspect bunker craquelé du complexe scientifique, dans les scènes sous la pluie, et surtout dans ce mélange bétonné et organique qui définit de façon si particulière la salle où est retenu prisonnier l’Homme Amphibien ! Ce n’était pas mon premier choix, mais La Forme de l’Eau mérite définitivement ces Oscars pour Paul Denham Austerberry, Jeff Melvin et Shane Vieau. Je dois dire aussi que… Mais ? Shane ? Qu’est ce que tu portes ?! C’est quoi ces baskets ?! Et ces lunettes teintées ?! Et ce costume aux manches qui s’arrêtent aux coudes ?!!?!

oscars-shane-vieau-paul-austerberry-jeffrey-melvin-shape-of-water[1]
Oscar des Meilleurs Décors, oui, mais sûrement pas des Meilleurs Costumes !

MEILLEURS EFFETS VISUELS

  • Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2
  • Star Wars : Les Derniers Jedi
  • Kong : Skull Island
  • La Planète des Singes : Suprématie *
  • Blade Runner 2049

D’accord, j’ai peut-être été un peu ingrat la semaine dernière en disant que les effets de Blade Runner 2049 étaient simplement « des effets vus et revus simplement réutilisés à bon escient et avec un talent certain ». Emporté dans mon admiration pour la quintessence de la motion-capture qu’est La Planète des Singes : Suprématie, j’en suis venu à oublier les véritables prouesses mises en jeu dans le film de science-fiction. En effet, je n’arrête pas de glorifier les décors, l’ambiance et la cinématographie, mais il est important de rappeler qu’une énorme partie de ce que l’on voit dans le film est en fait réalisé numériquement ! Combien de décors sont complétés par écrans verts ? Combien de plans d’ensembles sont entièrement numériques ? Et que dire de ces scènes époustouflantes comme la scène de sexe avec un hologramme ou la renaissance de Sean Young parfaite qui dépasse de très, très, très loin la princesse Leia et le Grand Moff Tarkin de Rogue One. J’ai été injuste avec les effets spéciaux de Blade Runner, et cet Oscar est donc l’occasion de me racheter, de rappeler que les Américains ne savent pas prononcer le nom du réalisateur du film, Denis Villeneuve, et que quand les lauréats parlent plus de 1 minute et 30 secondes une petite musique vient les couper de façon tout à fait irrespectueuse. C’est là que tu te dis : « Mais attends Arthur, ils sont 4 à recevoir cet Oscar pour le film, donc ils ont 4 fois le temps, soit 6 minutes ! » Hoho. T’es mignon, Billy. T’es mignon. Tiens, regarde donc cette vidéo qui explique les effets spéciaux du film.

MEILLEUR MONTAGE

  • Moi, Tonya
  • Three Billboards : les panneaux de la vengeance
  • La Forme de l’Eau
  • Baby Driver *
  • Dunkerque

Ok Billy, soyons sérieux un instant. Il y a dans mes pronostics deux Oscars dont je savais bien qu’ils n’allaient pas être remportés par mes choix, mais j’avais quand même de l’espoir. Ces deux Oscars sont le Meilleur Montage pour Baby Driver et le Meilleur Scénario Adapté pour Logan, mais on reparlera de ce dernier plus tard. Comment l’expliquer ? Si on regarde l’article de Première consacré à leurs pronostics pour les Oscars, ils les classent en deux catégories : « Il va l’avoir » et « On aimerait qu’il l’ait ». Et bien c’est un peu ça pour cet Oscar, j’aurais aimé que Baby Driver l’ait, mais il était évident que Dunkerque ressortirait vainqueur. Le film d’Edgar Wright était bien trop grand public pour l’Académie. Cependant, il ne faut pas pour autant dénigrer le film de guerre car son ambiance repose non seulement sur son montage sonore mais aussi et beaucoup sur son montage tout court. La façon dont les plans s’enchaînent « en temps réel » j’ai envie de dire, et la rapide réunion des trois timelines qui durent une semaine, un jour et une heure respectivement pour se terminer au même instant font que Lee Smith ne pouvait que repartir chez lui avec la statuette.

49D847C300000578-0-Australia_s_big_win_Dunkirk_editor_Lee_Smith_takes_out_Oscar_glo-a-64_1520220424498[1]
C’est ce qui s’appelle avoir le sens de la mesure.

MEILLEURE CINÉMATOGRAPHIE

  • Les Heures Sombres
  • Dunkerque
  • Mudbound
  • La Forme de l’Eau
  • Blade Runner 2049 *

ENFIN ! ENFIN ! 14 NOMINATIONS ! Il aura fallu 14 nominations en 22 ans pour que Roger Deakins ait enfin son premier Oscar de la Meilleure Cinématographie ! Mais qu’est ce que l’Académie attendait ? Qu’il atteigne la perfection ? Que son film ait une cinématographie tellement incroyable que ça va être difficile de faire mieux pour les 20 prochaines années ? Et bien c’est chose faite, et cet Oscar est probablement un des plus mérités de l’histoire de l’Académie, encore plus que celui de Leonardo DiCaprio il y a 2 ans. Et en plus regarde moi ce discours, Billy ! Il a presque l’air gêné et surpris de gagner ! Deakins doit être un type super sympa, et c’est une honte qu’il attende ses 68 ans pour remporter son premier Oscar. Shame on you, Academy ! SHAME ON YOU !

MEILLEURE BANDE ORIGINALE

  • Dunkerque
  • Star Wars : Les Derniers Jedi
  • Phantom Thread
  • Three Billboards : les panneaux de la vengeance
  • La Forme de l’Eau *

Ah, Alexandre Desplat. Que serait le cinéma sans ta musique ? The Queen, Le Discours d’un Roi, The Grand Budapest Hotel, Imitation Game, Harry Potter et les Reliques de la Mort, Cloclo, et tant d’autres bandes originales encore. Il redonne ses lettres d’or au cinéma français, nous rapportant un Oscar quand Agnès Varda, JR, I am not your Negro et Timothée Chalamet repartent bredouille. Non, je ne l’encense pas parce que c’est un de nos compatriotes, Billy, mais parce que c’est un génie, tout simplement.

Oscars-2018-Alexandre-Desplat-remporte-sa-deuxieme-statuette[1]
Vive la France ! Cocoricooooo !

MEILLEURE CHANSON ORIGINALE

  • « Stand Up for Something » de Common et Diane Warren, dans Marshall
  • « Mystery of Love » de Sufjan Stevens, dans Call Me by Your Name
  • « This Is Me » de Benj Pasek et Justin Paul, dans The Greatest Showman
  • « Mighty River » de Mary J. Blige, Raphael Saadiq et Taura Stinson, dans Mudbound *
  • « Remember Me » de Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez, dans Coco

D’accord Billy, il est possible que j’aie de mauvais goûts musicaux. Il est vrai qu’entre « Remember Me » et « Mighty River », la balance penchait plutôt du côté du premier, et c’est tout à l’honneur des époux Lopez. En réalité, j’ai un problème avec « Remember Me » parce que la première fois qu’on l’entend dans le film, c’est la version d’Ernesto De La Cruz, et je ne l’ai tout simplement pas appréciée. Et pourtant, cela est rapidement racheté à la fin par la version de Miguel notamment, mais les premières impressions marquent, et je pense que j’ai une légère aversion pour la chanson à cause de cela. Malgré tout, je dois bien admettre qu’elle est magnifique, et reprend bien les thèmes du film et l’ambiance mexicaine qui s’en dégage. Ah oui, aussi, si tu cherches qui frapper pour le fait que tu as « Libérée, Délivrée » en tête depuis 5 ans (oh mon Dieu, 5 ans, on est vieux Billy !), c’est eux.

MEILLEUR SCÉNARIO ORIGINAL

  • The Big Sick
  • Lady Bird
  • La Forme de l’Eau
  • Three Billboards : les panneaux de la vengeance *
  • Get Out

Hum. Surprenant. Je ne sais pas quoi dire, je n’ai pas vu Get Out. On notera tout de même que Jordan Peele, qui est aussi réalisateur et producteur du film, anciennement comique du duo Key & Peele (Mais si, tu les connais, eux !), est le premier Afro-Américain à remporter cet Oscar. En 90 ans. Tout va bien. Enfin bref. Mérité ? Complot ? On s’en balance ? C’est toi qui décide Billy !

source[1].gif
Mais de rien Jordan, de rien !

MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ

  • Molly’s Game, adapté des mémoires de Molly Bloom
  • Mudbound, adapté du roman éponyme
  • The Disaster Artist, adapté du livre éponyme
  • Logan, basé sur les personnages des comics X-Men *
  • Call Me By Your Name, adapté du roman éponyme

Et on en revient au cas évoqué avec Baby Driver. J’aurais aimé que Logan ait l’Oscar du Meilleur Scénario Adapté, mais c’était sûr que Call Me By Your Name l’aurait. Pourquoi c’était sûr ? Bah… Parce que les critiques l’ont décidé ? Non, sincèrement, je ne vois pas en quoi en quoi Call Me By Your Name méritait plus l’Oscar que Logan, et je ne dis pas ça comme un rageux sans argument, j’ai vu le film la semaine dernière ! Alors certes, c’est attendrissant, c’est une belle histoire avec des personnages étoffés et attachants et certains dialogues sont absolument fantastiques (notamment le monologue de l’inénarrable Michael Stuhlbarg à la fin du film), mais, je ne sais pas, j’en perds mes mots. J’ai un peu l’impression que Call Me By Your Name et Get Out, pour leurs uniques Oscars respectifs sur le scénario, sont des quotas de lauréats : le film noir et le film gay. Sans dénigrer ni l’un ni l’autre encore une fois, j’ai vraiment aimé le film, mais sa victoire semble décalée. Toutefois, cela marque la toute première victoire de James Ivory après quatre nominations et… Attends combien ? 65 ans de carrière ? Et il devient le plus vieux récipiendaire d’un Oscar à l’âge de 89 ans grâce à ce scénario ? Et en plus il prône l’amour pour tous, « Homo, hétéro ou entre les deux », et dédie cette récompense à sa femme dont il est veuf depuis 13 ans ? Oh mon Dieu ! D’accord, je retire tout ce que j’ai dit. Bravo, Monsieur Ivory.

giphy[1]
Une standing ovation pour cette légende du cinéma s’il vous plaît.

MEILLEUR RÉALISATEUR

  • Jordan Peele pour Get Out
  • Greta Gerwig pour Lady Bird
  • Paul Thomas Anderson pour Phantom Thread
  • Christopher Nolan pour Dunkerque *
  • Guillermo del Toro pour La Forme de l’Eau

Pour tous les Oscars qui ont été attribués à La Forme de l’Eau alors que ce n’était pas mon pronostic, il faut quand même bien se dire que c’était à vraiment pas grand chose que se marquait la différence. Autrement dit, je suis tout de même bien content que Guillermo del Toro ait son Oscar du Meilleur Réalisateur ; car après tout, lui aussi a fourni quelques chefs-d’œuvre à l’industrie cinématographique au fil de sa carrière (Le Labyrinthe de Pan notamment, pour lequel il avait été nommé à l’Oscar du Meilleur Film Étranger en 2007). Je me suis déjà étendu sur son talent la dernière fois, donc quoi de mieux que laisser la parole au maître lui-même, qui monte sur scène pour un discours engagé dans un anglais si caractéristique. En effet, après avoir défendu la tolérance dans son film, il était évident que son discours suivrait : et il défend la cause des migrants du monde entier en déclarant que le cinéma permet de briser les frontières et effacer les traces dans le sable. Après tout, lui-même a immigré aux États-Unis pour faire du cinéma ; et le monde est bien content qu’il l’ait fait !

giphy[1]
Non, c’est nous qui te remercions, Guillermo !

MEILLEUR ACTEUR

  • Denzel Washington, pour le rôle de Roman J. Israel dans L’Affaire Roman J.
  • Daniel Day-Lewis, pour le rôle de Reynolds Woodcock dans Phantom Thread
  • Daniel Kaluuya, pour le rôle de Chris Washington dans Get Out
  • Timothée Chalamet, pour le rôle d’Elio Perlman dans Call Me By Your Name
  • Gary Oldman, pour le rôle de Winston Churchill dans Les Heures Sombres *

Ah, Gary Oldman. Quel trésor pour le monde du cinéma. Il est incroyable de penser que ce n’est que sa seconde nomination (La première étant pour La Taupe, un film que personne n’a vu et c’est honteux, Billy !) et sa première victoire. Qu’à cela ne tienne, Oldman livre un discours de remerciements sobre et élégant, la gorge serrée qui nous paraît bien loin de la fougue de Churchill lorsqu’il hurle sur son conseil de guerre : « WILL YOU STOP INTERRUPTING ME WHILE I AM INTERRUPTING YOOOOU ?! » J’imagine bien d’ailleurs que c’est ce qu’il aurait répondu si la petite musique des discours trop longs s’était déclenchée. En parlant de Winston Churchill, l’acteur lui remet une pensée pour cet Oscar, de même qu’à sa mère qui fêtait dimanche son 99ème anniversaire. « Prépare le thé, je ramène Oscar à la maison ! » Oh oui Gary, tu ramènes Oscar, et c’est mille fois mérité.

90th Academy Awards - Oscars Show – Hollywood
Cette classe, ce charisme… Le phlegme britannique quoi.

MEILLEURE ACTRICE

  • Margot Robbie, pour le rôle de Tonya Harding dans Moi, Tonya
  • Saoirse Ronan, pour le rôle de Christine « Lady Bird » McPherson dans Lady Bird
  • Meryl Streep, pour le rôle de Katharine Graham dans Pentagon Papers
  • Sally Hawkins, pour le rôle d’Elisa Esposito dans La Forme de l’Eau
  • Frances McDormand, pour le rôle de Mildred Hayes dans Three Billboards : les panneaux de la vengeance *

Ces actrices sont folles. Sans offenses, bien sûr. Mais elles sont toutes plus dingues les unes que les autres. Comment te dire, Billy ? Quand tu vois Jodie Foster arriver en béquilles sur scène à côté de Jennifer Lawrence pour remettre l’Oscar de la Meilleure Actrice, tu sais que ça va être folklorique. Et ça l’était ! Foster qui accuse Meryl Streep de l’avoir défoncée (d’où les béquilles), Lawrence qui en rajoute en disant que c’est Streep qui l’a faite tomber aux Oscars en 2013, et les deux qui concluent qu’elle paraît si gentille uniquement parce qu’elle joue bien. Mais ce petit sketch n’était rien à côté du discours de l’incroyable Frances McDormand, qui était probablement défoncée à quelque chose avant de monter sur scène. D’abord, à l’annonce de sa victoire, elle a les yeux dans le vide et semble se réveiller d’un coup en mode « Merde, c’est à moi ! » ; ce sur quoi elle rejoint la scène avec le visage totalement impassible à l’image de son personnage dans le film, et soudain face au micro elle rit comme prise de frénésie, comme si elle se rendait seulement compte qu’elle avait remporté l’Oscar (une deuxième fois) ! Mais ne serait-ce que du jeu ? Prétextant l’hyperventilation pour son hyper-excitation, elle reprend soudain sa face sérieuse et impose sa valise (pour ne pas parler de ce qu’elle pose sur la table, si tu vois ce que je veux dire) parce qu’elle a des choses à dire. Pour encore une fois changer de ton et devenir plus légère pour un discours de remerciements habituel consacré à ses partenaires et sa sœur, etc… Mais soudain, McDormand pose l’Oscar à terre et les choses sérieuses commencent vraiment. « Si je pouvais avoir l’honneur de voir toutes les femmes nommées dans toutes les catégories se lever avec moi dans cette salle ce soir. Meryl, si tu le fais, tout le monde suivra ! » Et Meryl s’exécute, suivie par toute la salle. Toutes les femmes nommées pour cette 90ème Cérémonie des Oscars se lèvent une à une de leur fauteuil sous les applaudissements nourris du théâtre entier, comme une foule féministe qui fait front et se relève après les affaires Weinstein et compagnie. Je te l’avais bien dit Billy, quand Frances impose sa valise, ça ne déconne pas. Enfin, si, elle, elle déconne en riant comme une folle en voyant le résultat de sa demande, mais sinon, ça va. Enfin, je crois.

source[1]
Oscar, Frances. Frances, Oscar. Ravie de te rencontrer.

MEILLEUR FILM

  • Les Heures Sombres
  • Pentagon Papers
  • Phantom Thread
  • Get Out
  • Call Me By Your Name
  • Lady Bird
  • Dunkerque
  • Three Billboards : les panneaux de la vengeance
  • La Forme de l’Eau *

Et enfin, pour finir la cérémonie, Faye Dunaway et Warren Beatty, les éternels Bonnie and Clyde, sont de retour pour annoncer l’Oscar du Meilleur Film. Qu’est ce qui pourrait mal tourner ? « Ne dis pas La La Land, ne dis pas La La Land, ne dis pas La La Land… » Et non, cette fois, ils ne se tromperont pas et c’est l’heure de la consécration pour La Forme de l’Eau, qui mérite tant cet Oscar. Bon, Guillermo del Toro a quand même vérifié l’enveloppe, on n’est jamais trop sûrs… Que dire de plus ? J’ai déjà tout dit sur La Forme de l’Eau dans mon premier article, et je ne peux que féliciter toute l’équipe d’avoir remporté l’Oscar, et marqué cette année 2017-2018 à jamais.

934396_2122788[1]
Cette tête.
Et voilà, Billy, c’est déjà la fin de ces 90ème Oscars. De nombreux critiques les ont considérés comme ennuyeux, trop longs, pas intéressants… Mais, les gars, vous avez regardé les Césars ?! Cette 43ème cérémonie menée par Manu Payet était une catastrophe, un véritable naufrage du début à la fin et après ça, regarder les Oscars était un immense plaisir. Il y avait de la beauté, de l’humour, des discours et des gens passionnants et surtout un palmarès inégalable. Et ça, ça vaut bien tout l’or du monde… Vivent les Oscars, vive le Cinéma et vivement les 100 ans !

am-i-the-only-one-found-that-meryl-streep-dressed-like-the-fairy-godmother-from-shrek[1]
Marraine la Fée, je te dis.

— Arthur

Tous les gifs et images utilisés dans cet article appartiennent à leurs ayant-droits respectifs, et c’est très bien comme ça.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :