L’Expresso – Product (2015)

Fête du Court-Métrage 2020, jour 7 : document-Terre.

Salut Billy, et bienvenue au 7ème Café ! Du 25 au 31 mars 2020, c’est la Fête du Court-Métrage dans toute la France ; un évènement annuel destiné à tous, dans le but de faire découvrir ou redécouvrir tout ce que le format court a à offrir au cinéma. Cette année, coronavirus oblige, les projections ont été annulées, mais qu’à cela ne tienne ! Le site de l’évènement a mis en ligne un lecteur qui donne accès gratuitement pendant toute la semaine – et seulement cette semaine – à la sélection. Ce sont donc près de 80 films qui sont à découvrir ! Pour avoir toutes les infos, la programmation et avoir accès au lecteur, rendez-vous sur le site officiel de la Fête du Court-Métrage ou découvre le programme ici.. Pour ma part, ce sera 7 jours, 7 courts, pour une semaine complète d’Expressos de réalisateurs et réalisatrices de talent. Pour conclure la Fête, on se tourne vers le genre documentaire et le long voyage de nos circuits imprimés dans Product !

Impensable de boucler ce tour d’horizon du paysage cinématographique du format court sans faire une escale par ce genre bien trop sous-côté qu’est le documentaire. Ça tombe bien, celui-ci est au programme officiel de la Fête ! En 2015, en marge de la COP21 à Paris, la chaîne de télévision Arte a commissionné une série de dix courts-métrages documentaires consacrés à différents produits de consommation, pour comprendre les enjeux écologiques, économiques et sociaux de la mondialisation. Le résultat, c’est Product.

Le principe est toujours le même : avec une petite caméra embarquée, on suit le produit à travers la planète, depuis son point d’extraction ou de récolte jusqu’à son arrivée dans les mains de son utilisateur, souvent à des milliers de kilomètres du point de départ. Pas d’interviews, de pastiches ou de narration, les images parlent d’elles-mêmes et les ouvriers du cycle de production deviennent figurants de leur propre travail le temps d’un film. Ainsi, on découvre le fabuleux voyage du lin, du titane, des extensions capillaires, du papier, de la pâte à tartiner, des bonbons, de baskets recyclées, d’une crevette, d’une rose, et… de circuits imprimés.

Du haut de ses 4 minutes et des poussières, le court-métrage ici mis en avant s’intéresse au produit qui nous est sans doute le plus familier et le plus cher, puisque tu en tiens probablement entre tes mains afin de lire cet article. Le périple des circuits imprimés commence en Indonésie, sur un bateau emmenant des plongeurs récolter au fond de l’eau un précieux métal, l’étain. De là, le minerai est emmené sur terre, vendu, séché, fondu, coulé en blocs, revendu, puis embarqué en Corée du Sud pour être exploité. Puis en Chine, dans un ballet mécanique frénétique, les circuits sont imprimés, découpés et méticuleusement scrutés pour finir assemblés dans un smartphone, qui finit à Paris dans les mains d’un certain Ludo.

Ni le sujet du court ni son format n’ont quoi que ce soit de révolutionnaire, on a déjà vu des caméras se balader le long des lignes de productions des usines et on sait très bien par où transitent nos produits de consommation quotidiens. Mais Product va à l’essentiel, se débarrassant de tout artifice superflu pour nous faire vivre le voyage du composant au plus proche en moins de cinq minutes, en distillant de façon brute toutes les informations dont nous avons besoin. En guise de conclusion, un nombre qui laisse à réfléchir, pour que la leçon du film ne soit pas vaine.

« 115 morts en moyenne par an dans les mines indonésiennes. »

Les petits documentaires d’Arte visent à nous faire réaliser l’impact de la mondialisation sur notre consommation. Nous faire réaliser, plus précisément dans le cas de l’épisode « Les circuits imprimés », qu’il y a 13 281 kilomètres entre nous et le mineur indonésien qui a récolté l’étain dont on ne peut se passer ; un nombre dévoilé par un petit compteur dans un coin de l’image dont la valeur ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que les circuits voyagent autour de la Terre. En somme, Product ambitionne de comptabiliser la  vie de nos produits sous la forme d’un métrage qui, contrairement au format du film, est loin d’être court.

Les neuf autres courts-métrages de la série Product sont à retrouver sur la chaîne YouTube d’ARTE Découverte !

Pour retrouver les autres critiques publiées à l’occasion de la Fête du Court-Métrage 2020, clique ici !

https://img.over-blog-kiwi.com/1/11/24/15/20191018/ob_4216b8_product.jpg
Wait. Product est aussi un produit de consommation, non ?

— Arthur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :