L’Expresso – Alien: Specimen (2019)

Fête du Court-Métrage 2020, jour 6 : dans l’espace, personne ne vous entend crier.

Salut Billy, et bienvenue au 7ème Café ! Du 25 au 31 mars 2020, c’est la Fête du Court-Métrage dans toute la France ; un évènement annuel destiné à tous, dans le but de faire découvrir ou redécouvrir tout ce que le format court a à offrir au cinéma. Cette année, coronavirus oblige, les projections ont été annulées, mais qu’à cela ne tienne ! Le site de l’évènement a mis en ligne un lecteur qui donne accès gratuitement pendant toute la semaine – et seulement cette semaine – à la sélection. Ce sont donc près de 80 films qui sont à découvrir ! Pour avoir toutes les infos, la programmation et avoir accès au lecteur, rendez-vous sur le site officiel de la Fête du Court-Métrage ou découvre le programme ici.. Pour ma part, ce sera 7 jours, 7 courts, pour une semaine complète d’Expressos de réalisateurs et réalisatrices de talent. Après avoir parcouru les méandres de l’espace aux côtés de David Bowie, continuons notre chemin vers la planète LV-492 avec Alien: Specimen.

En 2019, pour fêter les 40 ans de la saga Alien – le premier film était sorti le 25 mai 1979 – la Fox et la plateforme de création Tongal ont lancé un concours pour sélectionner six créateurs fans afin de réaliser chacun un court-métrage de 5 à 9 minutes avec un budget de 35 000 $. Les conditions ? Pitcher une histoire entièrement originale, mettant en scène un ou des personnages issus de la classe ouvrière et au moins une des formes du xénomorphe originel. C’est ainsi que, choisis parmi plus de 550 participations, sont nés les courts Harvest, Containment, Night Shift, Alone, Ore et… Specimen, réalisé par Kelsey Taylor d’après le pitch de Federico Fracchia.

Julie (Jolene Anderson) travaille dans une serre industrielle sur la planète forestière LV-492. Sa seule compagnie, la présence du chien de garde Maggie et la voix désincarnée de son collègue à travers l’interphone. Le film s’ouvre juste après qu’elle a découvert une cargaison imprévue de barils de terreau qui semblent attirer l’attention du chien, qui n’a de cesse d’aboyer. Préférant éviter tout risque de fuite, Julie enroule les barils de film protecteur et retourne à ses occupations. Elle ignore qu’au fond de l’un d’eux attend patiemment un abominable Facehugger

Specimen est sans doute mon préféré des six courts-métrages, même si Alone et Ore ne sont pas loin derrière. Il est celui qui capture le mieux l’essence du film original tout en lui ajoutant quelques touches d’Alien³, de nouveaux aspects, et en explorant de nouvelles directions. On est totalement immergés dans ce savant mélange de science-fiction et d’horreur, au cœur d’un décor claustrophobe de style industriel rétro-futuriste si caractéristique de la saga, mais en plus envahi par une végétation dense et traîtresse – qui ne sera pas sans rappeler Covenant. Les plantes créent des ombres inquiétantes et servent de camouflage parfait au monstre qui rôde, nourrissant à merveille la tension viscérale du film.

Le duo Julie la botaniste & Maggie le chien fait des étincelles en succédant à Ellen Ripley & Jones le chat d’Alien. L’actrice Jolene Anderson domine l’écran avec force badasserie et sa relation avec son animal de compagnie crée des dynamiques tout à fait intéressantes ; le chien, tout particulièrement, est un personnage à part entière et joue un véritable rôle au delà de ses aboiements aux allures de signal d’alarme.

Specimen fait la part belle au Facehugger, le premier stade d’évolution de l’alien juste avant le terrifiant Chestburster qui détruit les cages thoraciques de l’intérieur pour devenir un xénomorphe adulte. Le court-métrage est le seul des six avec Alone à mettre en valeur la créature, qui est souvent laissée de côté en tant que simple moyen d’imprégnation de ses formes suivantes. L’arachnide extraterrestre fait toujours frissonner, avec son design horrifique et repoussant doté de huit pattes terrifiantes comme autant de doigts d’une main tout droit sortie des enfers d’outre-espace.

Alien: Specimen est un projet de passionnée de la part de la réalisatrice Kelsey Taylor, qui en une poignée de minutes parvient à planter un décor intriguant et construire une intrigue prenante qui sait exactement comment faire évoluer ses personnages et où placer ses pointes de tension, pour se conclure sur un twist inattendu qui prend un tournant par rapport aux autres courts-métrages de la série. Un ajout génial à une saga mythique, dont j’adorerais voir la suite en version longue !

Ci-joint une interview de la réalisatrice à propos du court-métrage, clique ici !

Pour retrouver les autres critiques publiées à l’occasion de la Fête du Court-Métrage 2020, clique ici !

https://vignette.wikia.nocookie.net/avp/images/5/55/Alien_Specimen_poster.png/revision/latest?cb=20190911195500
Brrrr.

— Arthur

3 commentaires sur “L’Expresso – Alien: Specimen (2019)

Ajouter un commentaire

    1. Après, on est sur une toute autre intention, là le but avéré des six courts est de rendre hommage au film original donc effectivement c’est peut-être plus logique d’y retrouver l’esprit ; d’autant plus que ce ne sont à l’origine que des projets de fans donc de gens qui comprennent l’essence d’Alien ! Si tu as le temps, je conseille d’ailleurs vraiment d’aller jeter un œil aux cinq autres, notamment Ore et Alone, on est dans la même veine 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :